Revue de presse souveraineté numérique – Septembre 2021

Une labellisation de la souveraineté numérique en cours ?

Les récents débats sur la souveraineté numérique, apparus l’année dernière, ont eu pour effet de favoriser l’émergence de certifications visant à conserver ou bien reconquérir cette souveraineté qui serait mise à mal par les “Big Tech” (Google, Amazon, Facebook, Apple) . La certification nommée “SecNumCloud” délivrée par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) en est un exemple récent. Plusieurs opérateurs de centres de données, s’étant à plusieurs reprises positionnés en faveur d’un renforcement de la souveraineté numérique des données en France, ont récemment obtenus cette certification. OVHcloud est la dernière entreprise en date à avoir reçue cette certification (à la suite de Outscale, filiale de Dassault Systèmes et Oodrive), ce qui a pour effet de permettre à cette dernière de proposer à des clients (publics comme privés) une offre la plus sécurisée possible au regard de la souveraineté des données. Cette certification dont “le niveau de sécurité imposé par SecNumCloud est bien supérieur en exigeant des mesures fortes et concrètes à mettre en œuvre” est donc constitutive de la stratégie de l’État en matière de souveraineté. Cette certification semble venir en complément d’un programme plus large sur le sujet de la souveraineté, nommée “Cloud de confiance” qui a été annoncé le 17 mai dernier par Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances.

Comme le soulignent, dans un article paru en 2014, H. Bergeron, P. Castel et S. Dubuisson-Quellier , les labels peuvent être compris comme des leviers de l’action publique ayant pour objectif de modifier le comportement d’organisations collectives, ici les entreprises, afin d’en faire des acteurs médiatisant l’action publique tout en leur accordant une distinction dans un espace concurrentiel. Reste à savoir si d’autres certifications seront développées en France ou bien à l’échelle Européenne, et le cas échant, si les acteurs de l’hébergement des données s’en empareront ou non.

En Chine, une souveraineté numérique coercitive en gestation ?

La municipalité de Tianjin en Chine (l’une des quatre municipalités du pays qui sont directement gouvernées par le pouvoir central) envisage d’interdire de contracter auprès d’acteurs privés pour l’hébergement des données et de rendre obligatoire l’utilisation d’un service cloud public opéré par le pouvoir public d’ici la fin de l’année 2022. Une décision qui fait écho à la politique de l’État chinois de réguler et contrôler de plus près ses géants numériques. Ce durcissement des règles en ce qui concerne l’hébergement des données qui passe par un interventionnisme de la part de l’État chinois montre en quoi les stratégies et les décisions sur le sujet de la souveraineté numérique peuvent être sensiblement différentes d’un pays à l’autre. Il reste à savoir si cette décision prise à l’échelle locale sera élargie à l’ensemble du territoire chinois et si d’autres pays s’inspireront ou bien s’opposeront lors de débats législatifs sur la question à ce modèle strict.

Un maillot qui “fait tâche” : quand la souveraineté numérique devient une affaire de t-shirt

Lors d’un match de football caritatif opposant la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) et l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) organisé par la CyberTaskForce (une “force de travail opérationnelle plaidant pour un rapprochement entre acteurs privés et acteurs publics sur le sujet de la transformation numérique) Cédric O, chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques a été pris en photo lors de cet événement. Au delà de la rencontre, c’est le flocage du maillot porté par le secrétaire qui a mis le feu aux poudre. Plusieurs publications, notamment sur LinkedIn et Tweeter, ont pointé du doigt le double jeu porté par Cédric O, les couleurs de Google sur le maillot attestant selon ces publications d’une mauvaise foi et d’un manque de cohérence criant. À la suite de ces émules, Cédric O a publié une photo dans laquelle, cette fois-ci, il porte un t-shirt aux couleurs de l’entreprise Whaller. Quelques jours plus tard, Cédric O recevra lors de sa visite dans les locaux d’OVHcloud un polo des mains de Michel Paulin, l’actuel PDG de l’entreprise.

Laure de la Raudière, présidente de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (ARCEP) et Cédric O, chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. 8 septembre 2021
Source : LinkedIn
Cédric O revêtu d’un t-shirt de la société Whaller, réseau social dont le fondateur et actuel dirigeant Thomas Fauré est un fervent défenseur de la souveraineté numérique. 10 septembre 2021
Source : Twitter
Cédric O aux cotés de Michel Paulin, actuel PDG d’OVHcloud. 10 septembre 2021
Source : LinkedIn

Adrien Vuillaumier

Étudiant en master de sociologie à l’Université de Bordeaux, je réalise, sous la direction d’Alina Surubaru, un mémoire de recherche sur l’activité de vente dans les StartUps développant des logiciels d’intelligence artificielle. En considérant le déploiement des nouvelles technologies comme un processus construit, je m’intéresse aux dispositifs de marchandisation de ces logiciels. D’un point de vue théorique, ce travail s’inscrit au croisement de la sociologie économique et des Science et Technologie Studies.

Antoine Milot

Actuellement étudiant en Master de sciences sociales à l’Université de Bordeaux, Antoine Milot est stagiaire du projet ANR Predict-Op.

À la suite d’un premier travail de recherche sur la définition du besoin opérationnel dans le cas du Système de combat aérien du futur,  Antoine s’intéresse maintenant à l’usage de l’intelligence artificielle dans le domaine militaire.

Alina Surubaru @ANR Predict-Op

Alina SURUBARU dirige le programme Predict-Op. Elle est enseignante-chercheure en sociologie à l’Université de Bordeaux et membre du Centre Émile Durkheim (où elle co-anime depuis 2015 l’atelier “Règles, normes, pratiques économiques”). Depuis 2019, elle co-dirige avec Antoine Roger (Sciences Po Bordeaux) le parcours “Sociologie et science politiques comparatives” du master des sciences sociales de l’Université de Bordeaux.

Travaux de recherche

Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie économique et de la sociologie des organisations. Intéressée par les dynamiques contractuelles des relations marchandes, elle a mené entre 2004 et 2014 des recherches approfondies dans le secteur du textile-habillement en Roumanie, puis dans le secteur nucléaire. Depuis son recrutement à l’Université de Bordeaux en 2014, elle étudie les reconfigurations des relations contractuelles dans le milieu de l’aéronautique militaire.

Parcours professionnel

Après des études en sciences politique (Paris 1 Sorbonne) et sociologie (ENS Cachan), elle a soutenu en 2009 son doctorat en sciences sociales à l’ENS Cachan. Elle a enseigné ensuite dans de nombreuses institutions publiques et privées en France (Université de Versailles St Quentin, Université de Lille, École des dirigeants et créateurs d’entreprise, NEOMA Business School Reims, École des Mines de Nantes).

Sélection publications

Ouvrage

“La fragilité des liens marchands. Sociologie de la sous-traitance internationale”, Paris, Pétra, 2014

Articles

Dismantling Managerial Values: When Law’s Ambiguity Meets Organizational Complexity. Studies in Law Politics and Society, Jai Press Inc., 2019, 81, pp. 129-150.

« Les producteurs roumains de l’habillement à la recherche de clients : une analyse sociologique des rencontres d’affaires »Sociologie du travail, Vol. 54, n° 4, 2012, pp. 457-474.

(avec Guiheux Gilles), « Entrepreneurs des transitions », Pierre-Marie Chauvin éd., Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat. Presses de Sciences Po, 2014, pp. 216-227.

LinkedIn : Alina Surubaru

Sébastien Plutniak @ANR Predict-Op

Sébastien Plutniak est docteur en sociologie de l’EHESS, actuellement rattaché au Centre Émile Durkheim, en tant que chercheur contractuel dans le cadre de l’ANR Predict-Op. Spécialiste des processus de mathématisation et d’informatisation des disciplines scientifiques au cours de la seconde moitié du XXe siècle, ses premiers travaux ont concerné l’automatique documentaire, le calcul automatique, et l’archéologie. Au sein de Predict-Op, il étend le champ de ses objets d’investigation en abordant les interfaces entre les domaines militaire et industriel en France, tirant parti des approches quantitatives développées dans ses travaux antérieurs de sociologie historique.

Victor-Manuel Afonso Marques

Je suis doctorant en sociologie au CED (Centre Émile Durkheim) et membre du projet ANR Predict-OP. Mon travail de recherche, que je mène sous la direction d’Alina Surubaru, a pour sujet les marchés liés aux infrastructures numériques. Plus précisément, j’étudie les marchés des centres de données et des câbles sous-marins de télécommunications.

Comprendre les enjeux sociotechniques et économiques liées aux déploiement d’outils ayant recours à l’intelligence artificielle et aux big data suppose de pouvoir appréhender plus précisément ce qui se joue au niveau des couches infrastructurelles qui permettent à ces dispositifs sociotechniques d’exister. Mon travail de thèse, qui se situe à la croisée de la sociologie économique et des STS (Sciences and Technology Studies), vient ainsi en complément des différentes perspectives et problématiques qui traversent le projet Predict-Op.

Page institutionnelle : https://durkheim.u-bordeaux.fr/Notre-equipe/Doctorant-e-s/CV/Victor-Manuel-Afonso-Marques

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/victor-afonso-marques-22a60b198/

Twitter : https://twitter.com/VictorAfonsoMa2

Hal : https://halshs.archives-ouvertes.fr/search/index/q/*/authFullName_s/Victor-Manuel+Afonso+Marques

Predict OP

L’objectif principal de ce carnet de recherche est la diffusion des travaux réalisés dans le cadre du programme de recherche ANR JCJC Predict OP (2019-2023).
Predict Op étudie dans une perspective de sociologie économique l’émergence de marchés de données numériques dans le domaine militaire. Cela concerne à la fois la maintenance prédictive des équipements, le ” soldat du futur ” et la construction d’une infrastructure capable de supporter la transmission de données massives (data centers, etc.). Les lecteurs et les lectrices potentiellement intéressé·e·s par notre travail sont des spécialistes du domaine de la défense, mais aussi des citoyens et des citoyennes concerné·e·s par l’évolution du monde de l’armement.