Revue de presse du mois de juillet 2021 – Actualité civile

French Tech Rise, une mise en lumière des StartUps régionales.

La FrenchTech est un label lancé en 2013 par Fleur Pellerin, alors ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Ce projet a pour but de réunir des entrepreneurs, des investisseurs, des décideurs ainsi que des community builders (créateurs de communauté) afin de promouvoir (notamment à l’étranger) le secteur du numérique français. Aujourd’hui, le label FrenchTech est constitué de treize « capitales » et cent-huit communautés réparties sur cent villes à travers le monde. Ces capitales sont éligibles à la suite du dépôt d’un dossier de candidature par les villes ou par des associations d’entrepreneurs locaux comme ce fût le cas à Toulouse en 2019 pour le renouvellement du label accordé pour une durée de 3 ans. Elles sont les villes détenant la plus grande concentration de StartUps et ont notamment pour fonction de compléter le réseau des communautés locales labellisées FrenchTech.

Le 8 juillet dernier, le secrétaire d’État chargé du numérique, Cédric O, rendait visite à la capitale FrenchTech « Brest + » (« + » en raison des partenariats établis dans d’autres villes de Bretagne telles que Quimper, Lannion et Morlaix) et annonçait la création d’un concours national en partenariat avec la Banque Publique d’Investissement (BPI) appelé French Tech Rise. Celui-ci a pour but de mettre en lien les StartUps du territoire français (en métropole et en Outre-mer) avec les grands investisseurs en capital-risque majoritairement situées, selon Cédric O, en Île de France. Pour ce faire, une sélection sera organisée sur l’ensemble du territoire et dont les capitales labélisées FrenchTech auront la charge de choisir leurs représentantes. En tout, quatre-vingt deux StartUps seront finalement sélectionnées selon plusieurs critères (siège social en France, ancienneté, projet de levée de fonds et d’investissement) et pourront participer à un évènement qui se déroulera à Paris en novembre 2021.

Quand les petites entreprises se « font manger » par les plus grandes.

Les grandes entreprises ont parfois pour ambition de développer une technologie particulière, alors même qu’elles ne disposent pas des moyens pour le faire. Dans cette situation, plusieurs choix sont possibles dont le rachat d’une jeune entreprise innovante. Cette stratégie est communément appelée une stratégie de « croissance externe », car elle se réalise par le rachat d’une entreprise plutôt que par le développement en interne.

Un exemple de cette stratégie est la récente acquisition d’Upstride par ContentSquare. Cette dernière avait atteint en 2020 le statut de licorne, une expression inventée en 2013 par Aileen Lee, spécialiste américaine du capital-risque, qui désigne les StartUps ayant atteint une valorisation de plus d’un milliard de dollars. Selon Europe1, la France en comptabiliserait dix-neuf en juillet 2021. Fondée à Paris en 2012, Contentsquare a bénéficié d’une cinquième levée de fond de cinq-cents mille dollars en mai dernier. Parmi les participants à cet investissement on retrouve notamment des investisseurs historiques comme la Banque Publique d’Investissement (BPI), mais aussi des investisseurs spécialisés comme la multinationale BlackRock. Cette levée de fond permet donc à Contentsquare l’acquisition d’une troisième entreprise : Upstride. Celle-ci développe depuis plusieurs années une technologie qui sert à améliorer les performances d’outils de machine learning (programmes algorithmiques). Dans le cas d’Upstride, l’intégration de l’entreprise chez Contentsquare comporte l’apport des quatorze ingénieurs de la société et sept docteurs en deep learning. A plus long terme, l’entreprise a pour ambition de recruter mille cinq-cents collaborateurs d’ici 2024 à travers leurs sept bureaux répartis dans le monde (Paris, New York, Tel Aviv, Londres, San-Francisco, Tokyo et Munich), selon une annonce publiée sur leur site officiel.

Confiance.ai : Une collaboration entre StartUps, instituts de recherche et grandes entreprises.

Le 1er juillet 2021 a été mis en place Confiance.ai, un programme initié en 2019 par le ministère de l’Économie et des finances avec 8 industriels français avec pour objectif de fédérer le milieu de la recherche et les grands industriels autour de la sécurisation et la fiabilisation des systèmes d’intelligence artificielle. L’organisation d’un tel collectif s’inscrit dans la continuité du plan #AIforHumanity ayant pour ambition de définir la stratégie nationale quant au développement des technologies d’intelligence artificielle.

Confiance.ai est un projet financé par l’État français à hauteur de trente millions d’euros (2021 – 2024), en plus de l’apport de quinze millions d’euros d’un collectif d’industriels. Ce collectif est composé par 9 entreprises françaises (Valéo, Naval Group, Thales, Renault, Safran, Airbus, Atos, AirLiquide, Sopra Steria), deux Instituts de Recherche Technologique (IRT) (SystemX et Saint Exupéry), ainsi que l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (INRIA) et le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA). En plus de ces acteurs, les StartUps et Petites et Moyennes Entreprises (PME) développant des produits liés à l’intelligence artificielle sont conviées à participer au programme par l’intermédiaire d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) ouvert jusqu’au 3 Septembre 2021. Ces entreprises pourront alors disposer de financements et auront l’occasion de développer leur technologie en partenariat avec les membres du programme.

Adrien Vuillaumier