Revue de presse Combat Collaboratif – Janvier 2022

Thales et le Guépard

Le 22 décembre 2021, Florence Parly annonçait la commande de 169 hélicoptères interarmées légers Guépard, étalée jusqu’en 2027. Cette commande publique, financée par la Loi de Programmation Militaire 2019-2025, est censée pérenniser 2000 emplois français et l’activité économique d’Airbus Helicopters pour 15 ans, comme l’affirmait la ministre des Armées sur le site de construction aéronautique et spatial de Marignane. Alors que Safran fournit au Guépard son moteur et un système optronique, Thales fournit, via ses différentes divisions, le système d’autoprotection, le radar AirMaster C, le cockpit Flyt X, le casque à viseur intégré Top Owl, le système de radio CONTACT aéro ERS-a, etc. Cette implication de Thales dans le programme et les commandes d’hélicoptères assurées par le ministère des Armées rendent les investisseurs confiant quant à l’avenir financier du groupe.

De plus, la réalisation du programme de cet hélicoptère moderne permettrait, selon Yannick Assouad, la directrice adjointe de la division « Avionique » de préparer l’avenir : « Quel que soit l’équipement dont on parle, c’est cette plateforme qui permet à Thales de préparer l’avenir ». Ce nouvel hélicoptère interarmées permettrait ainsi de doter les différentes armées d’un hélicoptère commun et par conséquent, d’optimiser le maintien en condition opérationnelle, d’assurer les activités économiques des entreprises et de faire « monter en compétence » la Base Industrielle et Technologique de Défense (BITD) française.

Le cloud de confiance de Thales

Selon le vice-président de Thales Marc Darmon, Thales a constaté, à la suite du premier confinement, la difficulté pour les acteurs de la défense d’échanger des données secret-défense de manière sécurisée. Dès juin 2020, un projet est ainsi lancé par l’entreprise pour répondre à ce besoin identifié, selon une logique de Software as a service (Saas). En octobre 2021, Thales présente officiellement cette plateforme collaborative, certifiée « cloud de confiance » par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Elle s’appuie sur une messagerie instantanée avec l’application Citadel Team, mais aussi par la possibilité d’échanger des documents ou d’effectuer des visioconférences avec le logiciel Cryptobox. Avec ce nouveau service, Thales vise le marché des « diffusions restreintes », non seulement français, mais plus largement européen. Leur cible est d’une part la défense française, du ministère des Armées (MinArm) aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), en passant par la Direction Générale de l’Armement (DGA) et les grands groupes de la BITD française ; et d’autre part les participants aux programmes d’armement européens tels que le Système de combat aérien du futur (SCAF) ou le Main Ground Combat System (MGCS).

En parallèle, Thales a réalisé un partenariat avec Google Cloud, de sorte à créer un « cloud de confiance » pour les entreprises et institutions françaises. Ce partenariat soulève de nombreuses questions, notamment de souveraineté. Conjointement, Thales développe un cloud militaire pour l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Nexium Defense Cloud, permettant de maîtriser la connectivité, l’application et l’hébergement des données des théâtres d’opération. Marc Darmon décrit ainsi Thales comme un leader mondial de la sécurisation de données, qui permet aujourd’hui aux acteurs de la défense d’échanger en toute sécurité. Cette légitimité accordée à Thales par les acteurs publics sur la gestion des données participe à positionner le groupe comme le leader français du cloud. Thales s’est par ailleurs vu attribué le rôle de second maître d’œuvre pour le cloud de combat du SCAF avec Airbus Allemagne.

Le moteur du SCAF démarre

Dans le cadre du programme SCAF, Safran s’est vu attribué, avec l’allemand MTU Aero Engines, le pilier « moteur ». Dès 2015, le programme de 115 millions d’euros « Turenne », financé par la DGA, visait à développer un prototype à partir d’une amélioration du moteur M-88 du Rafale français. Une première phase d’études amont de 5 ans a permis de développer des concepts d’ingénierie, puis une seconde phase « Turenne 2 », réalisée entre 2019 à fin 2021, a concerné la mise au point d’un prototype de peinture thermosensible pour les pales des aubes du moteur, destiné à indiquer la chaleur du moteur. L’essai de ce programme a été nommé « Thermocolor », selon la technique employée. En parallèle de ce programme, Safran travaille avec la DGA Techniques aéronautiques de Balma pour développer l’utilisation de nouveaux matériaux pour motoriser le New Generation Fighter du SCAF, et mène le projet ADAMANT avec l’Agence Innovation de Défense (AID) et l’ONERA dans la même lignée. Ce programme « Turenne » a ainsi permis à Safran d’engager des recherches importantes en parallèle du programme SCAF, dont les financements sont encore incertains.

Le cockpit du futur au Forum Innovation Défense – Novembre 2021

Du 25 au 27 novembre 2021 a eu lieu à Paris, sous l’égide de l’Agence de l’innovation de défense, un des événements majeurs du Ministère des Armées : le Forum Innovation Défense (FID). Parmi les différents projets soutenus par les organisateurs, Le « cockpit du futur » occupe une place particulière et semble avoir attiré beaucoup de visiteurs, notamment grâce à la mise en place d’un dispositif de réalité virtuelle. Pour rendre compte du travail réalisé dans le cadre de ce projet structurant pour le combat collaboratif du futur, deux projets particuliers étaient également présentés : le projet MonIA et le projet Nermind.

Une photo de la présentation du « cockpit du futur » à la presse.

Le projet MonIA (développé par l’entreprise NaoX) vise à miniaturiser un électroencéphalogramme permettant de capter l’activité cérébrale dans des écouteurs intra-auriculaires, de sorte à pouvoir les inclure dans l’équipement du pilote de chasse sans le gêner. Le casque lourd du pilote ne permet effectivement pas de mettre en place des capteurs électroencéphalogrammes classiques. De plus, le pilote utilise déjà des écouteurs antibruit et une oreillette pour communiquer. Le projet vient donc implémenter une nouvelle technologie dans un équipement existant, permettant une nouvelle fonction, mais sans encombrement supplémentaire du pilote.

Quant au projet Nermind (développé par l’entreprise Delfox) il permet la mise en place d’une IA  capable d’analyser des trajectoires et des comportements d’objets volants (drones ou avions), de sorte à en soustraire des récurrences, des réponses optimales, etc. Ce projet devrait permettre d’aider la décision des pilotes dans une situation de combat, en diminuant leur charge cognitive liée à l’analyse d’une situation.

Le « cockpit du futur »  a également fait l’objet d’une discussion lors d’une table-ronde qui a eu beaucoup de succès au FID2021. Les intervenants de cette table-ronde ont été le Général de brigade aérienne Vincent Chusseau, co-chargé du programme SCAF, le Colonel Patrick Bouhet de l’état-major de l’Armée de l’air et de l’espace, ainsi que l’Ingénieur en chef de l’armement en charge du bureau aéronautique Vincent Sol. Les discussions ont porté sur l’anticipation et la gestion des menaces du futur telles que les conflits symétriques, la guerre cyber électronique, etc.

Lors de cette table-ronde, le programme SCAF est identifié par Vincent Sol comme un « programme structurant pour les innovations », dans lequel on peut « partir d’une page blanche et avoir un cockpit du futur tout neuf ». Vincent Chusseau précisait quant à lui qu’avec les questions de l’intelligence artificielle, il faut « prendre chaque fonction et définir la juste place de l’homme, notamment face à la question de l’éthique ».  Le développement du « cockpit du futur » reste donc une affaire à suivre.

Revue de presse Combat collaboratif – Octobre 2021

SYRACUSE IV au coeur des télécommunications

Le 24 octobre 2021, le satellite français Syracuse 4A, partie du programme SYRACUSE IV, a été lancé depuis le Centre spatial guyanais. Ce programme est coordonné par la Direction générale de l’armement, prenant en compte les besoins opérationnels de l’État-major des armées. Plusieurs entreprises sont associées à cette démarche : Arianespace, Thales Alenia Space, Thales SIX et Airbus Defence and Space. 

SYRACUSE IV répond à des enjeux de souveraineté, d’autonomie et de télécommunication. En effet, les liaisons satellitaires permettent de s’affranchir des contraintes terrestres de liaisons de données. De plus, face à une interconnexion croissante des équipements militaires et une numérisation massive des données, rénover le système satellitaire avait été identifié comme un élément indispensable par les Armées en 2015. Le programme SYRACUSE IV a par conséquent été prévu dans la loi de programmation militaire 2019-2025, dans laquelle 3,6 milliards d’euros sont consacrés au renouvellement des capacités spatiales militaires.

Ce nouveau satellite jouerait un rôle essentiel dans le combat collaboratif car il permet à la Marine et à l’Armée de Terre de communiquer ainsi que d’échanger des données par satellite (que ce soit dans les véhicules du programme SCORPION, des frégates ou des sous-marins Barracuda). 

À la fois enjeu de souveraineté et de supériorité opérationnelle, le lancement de ce satellite illustre une vision stratégique dans laquelle les données jouent un rôle essentiel dans le combat collaboratif.

La « communauté d’intelligence artificielle » du ministère des Armées

Le 27 et le 28 septembre 2021, 171 personnes se sont réunies autour de la thématique de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé et dans les systèmes du futur, formant ce que le ministère des Armées nomme la « Communauté d’intelligence artificielle ».

Coordonné par une cellule de l’Agence de l’innovation de défense et la direction technique de la Direction Générale de l’Armement, cet évènement a ainsi réuni de nombreux  acteurs industriels (CEA) et institutionnels (CNRS, INRIA, ONERA, etc.). Deux points ont été centraux durant ces deux journées. D’une part, sensibiliser les acteurs présents à l’enjeu du contrôle des données et de l’intelligence artificielle. D’autre part, la formation de groupes de réflexion permettant au ministère des Armées d’alimenter ses feuilles de route en matière d’IA.

Lors de cet événement, plusieurs projets ont été présentés, parmi lesquels ValoRENS, un projet d’intelligence artificielle visant à estimer les positions ennemies sur un théâtre d’opération au sein du système d’armes SCORPION. Pour cela, ce projet utilise des données de différents niveaux (doctrines, images, capteurs, etc.), qui sont composées grâce à une méthode de théorie des jeux et de clustering, faute d’accessibilité à une base de données permettant de mettre en place du machine learning.

Le combat collaboratif en action (simulation Volfa)

Du 27 septembre au 15 octobre 2021 s’est déroulée une simulation d’un combat de  « haute intensité » à laquelle des centaines de pilotes de sept pays différents (dont la France) ont participé. À cette occasion, les militaires  se sont entraînés à faire face à une menace fictive particulière : une de nos régions (l’Auvergne) était envahie par un ennemi disposant d’une puissance symétrique.  Outre la réussite de la mission, les militaires ne devaient subir aucune perte durant l’exercice.

Pour traiter efficacement les différentes sources d’information, les militaires ont piloté Jeannette, un outil de soutien connecté aux radars et aux radios des avions sur terre, dans la salle du Centre expert de combat collaboratif. Cet outil permet aux forces de se coordonner avec les F-18 suisses et les Typhoon allemands, mais également de remplacer les drones de reconnaissance détruits par des Mirage 2000D par exemple. En outre, grâce à Jeannette, le commandant au sol peut ajuster la difficulté de la mission en ajoutant des aéronefs simulés (pilotés par une intelligence artificielle). 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search