Revue de presse Combat Collaboratif – Janvier 2022

Thales et le Guépard

Le 22 décembre 2021, Florence Parly annonçait la commande de 169 hélicoptères interarmées légers Guépard, étalée jusqu’en 2027. Cette commande publique, financée par la Loi de Programmation Militaire 2019-2025, est censée pérenniser 2000 emplois français et l’activité économique d’Airbus Helicopters pour 15 ans, comme l’affirmait la ministre des Armées sur le site de construction aéronautique et spatial de Marignane. Alors que Safran fournit au Guépard son moteur et un système optronique, Thales fournit, via ses différentes divisions, le système d’autoprotection, le radar AirMaster C, le cockpit Flyt X, le casque à viseur intégré Top Owl, le système de radio CONTACT aéro ERS-a, etc. Cette implication de Thales dans le programme et les commandes d’hélicoptères assurées par le ministère des Armées rendent les investisseurs confiant quant à l’avenir financier du groupe.

De plus, la réalisation du programme de cet hélicoptère moderne permettrait, selon Yannick Assouad, la directrice adjointe de la division « Avionique » de préparer l’avenir : « Quel que soit l’équipement dont on parle, c’est cette plateforme qui permet à Thales de préparer l’avenir ». Ce nouvel hélicoptère interarmées permettrait ainsi de doter les différentes armées d’un hélicoptère commun et par conséquent, d’optimiser le maintien en condition opérationnelle, d’assurer les activités économiques des entreprises et de faire « monter en compétence » la Base Industrielle et Technologique de Défense (BITD) française.

Le cloud de confiance de Thales

Selon le vice-président de Thales Marc Darmon, Thales a constaté, à la suite du premier confinement, la difficulté pour les acteurs de la défense d’échanger des données secret-défense de manière sécurisée. Dès juin 2020, un projet est ainsi lancé par l’entreprise pour répondre à ce besoin identifié, selon une logique de Software as a service (Saas). En octobre 2021, Thales présente officiellement cette plateforme collaborative, certifiée « cloud de confiance » par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Elle s’appuie sur une messagerie instantanée avec l’application Citadel Team, mais aussi par la possibilité d’échanger des documents ou d’effectuer des visioconférences avec le logiciel Cryptobox. Avec ce nouveau service, Thales vise le marché des « diffusions restreintes », non seulement français, mais plus largement européen. Leur cible est d’une part la défense française, du ministère des Armées (MinArm) aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), en passant par la Direction Générale de l’Armement (DGA) et les grands groupes de la BITD française ; et d’autre part les participants aux programmes d’armement européens tels que le Système de combat aérien du futur (SCAF) ou le Main Ground Combat System (MGCS).

En parallèle, Thales a réalisé un partenariat avec Google Cloud, de sorte à créer un « cloud de confiance » pour les entreprises et institutions françaises. Ce partenariat soulève de nombreuses questions, notamment de souveraineté. Conjointement, Thales développe un cloud militaire pour l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Nexium Defense Cloud, permettant de maîtriser la connectivité, l’application et l’hébergement des données des théâtres d’opération. Marc Darmon décrit ainsi Thales comme un leader mondial de la sécurisation de données, qui permet aujourd’hui aux acteurs de la défense d’échanger en toute sécurité. Cette légitimité accordée à Thales par les acteurs publics sur la gestion des données participe à positionner le groupe comme le leader français du cloud. Thales s’est par ailleurs vu attribué le rôle de second maître d’œuvre pour le cloud de combat du SCAF avec Airbus Allemagne.

Le moteur du SCAF démarre

Dans le cadre du programme SCAF, Safran s’est vu attribué, avec l’allemand MTU Aero Engines, le pilier « moteur ». Dès 2015, le programme de 115 millions d’euros « Turenne », financé par la DGA, visait à développer un prototype à partir d’une amélioration du moteur M-88 du Rafale français. Une première phase d’études amont de 5 ans a permis de développer des concepts d’ingénierie, puis une seconde phase « Turenne 2 », réalisée entre 2019 à fin 2021, a concerné la mise au point d’un prototype de peinture thermosensible pour les pales des aubes du moteur, destiné à indiquer la chaleur du moteur. L’essai de ce programme a été nommé « Thermocolor », selon la technique employée. En parallèle de ce programme, Safran travaille avec la DGA Techniques aéronautiques de Balma pour développer l’utilisation de nouveaux matériaux pour motoriser le New Generation Fighter du SCAF, et mène le projet ADAMANT avec l’Agence Innovation de Défense (AID) et l’ONERA dans la même lignée. Ce programme « Turenne » a ainsi permis à Safran d’engager des recherches importantes en parallèle du programme SCAF, dont les financements sont encore incertains.

Revue de presse souveraineté numérique – Décembre et Janvier (2021-2022)

C’est avec un peu de retard que paraît cette revue de presse qui retrace les actualités marquantes liées à la souveraineté numérique du mois de décembre et de janvier. En conséquence, cette dernière est plus fournie que les précédentes. Le format bimensuel restera exceptionnel, mais pourra être remobilisé lors des périodes sensiblement chargées.

Scaleway quitte l’association européenne Gaia-X, OVHcloud reste

C’est une nouvelle qui a particulièrement fait réagir à la fin du mois de novembre : Scaleway, l’une des plus importantes entreprises françaises spécialisée dans les services informatiques en nuage (cloud computing) et le stockage des données – une entreprise qui fait par ailleurs partie du groupe Illiad, dont le fondateur n’est autre que Xavier Niel – a décidé de s’écarter du groupe de réflexion international Gaia-X et de faire sécession en ne renouvelant pas sa cotisation annuelle. Cette sortie fait suite à plusieurs articles de presse faisant écho de diverses tensions au sein de l’association européenne. L’actuel dirigeant de l’entreprise, Yann Lechelle, a longuement expliqué dans une série de prises de positions médiatiques ce choix.

Au cœur de l’argumentaire développé, on retrouve une critique centrale qui renvoie à la présence d’acteurs non-européens (étasuniens et asiatiques) au sein de l’association, quand bien même ces derniers ne seraient pas acceptés dans les comités de prises de décisions clés. Outre cette critique, ce sont les avancées, jugées trop lentes selon le dirigeant, qui expliquent également ce choix de ne plus prendre part à ce collectif, alors même que Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, ou encore Cédric O, secrétaire d’État au numérique, ont enjoint à plusieurs reprises aux membres de l’association d’avancer rapidement sur ces sujets jugés stratégiques. « Si le fondement était positif » dit Yann Lechelle, l’association est dorénavant perçue comme un système favorisant « le statut-quo, puisque les acteurs dominants sont dans la conversation tous les jours, dans les comités techniques avec un poids extraordinaire ».

Cette sortie, sensiblement remarquée et relayée dans le monde du numérique français à travers les réseaux sociaux, a été accueillie avec faveur de la part de certain.e.s parlementaires, telle la sénatrice Catherine Morin-Desailly (Union Centristes), particulièrement active sur le sujet de la souveraineté numérique.

De son côté, Michel Paulin, PDG d’OVHcloud, entreprise française du cloud qui est elle aussi membre de Gaia-X depuis sa fondation, a quant à lui précisé lors d’une émission de télévision dans laquelle il lui a été demandé de se positionner, son objectif de faire perdurer le dialogue autant que faire se peut :

Thomas Sasportas (BFM TV) :

« On voit bien qu’ils [ici, les entreprises étasuniennes] sont incontournables d’une façon ou d’une autre, enfin, qu’ils vous mettent des bâtons dans les roues. C’est compliqué la mission que vous vous fixez. »

Michel Paulin (OVHcloud) :

« Oui c’est compliqué, c’est pour ça qu’il ne faut pas l’abandonner […] Nous sommes membres fondateurs de Gaia-X […] nous sommes au conseil d’administration. Et nous, le choix que nous avons fait, c’est de nous battre pour défendre l’objectif de Gaia-X. »

La nationalité commune, ici française, ainsi que la volonté affichée par les deux dirigeants de reconquérir une souveraineté numérique par le biais de l’élaboration de normalisations techniques au niveau européen ne sont donc pas des variables qui permettent de dire que ce processus se fera sans encombres et sans désaccords quant au mode d’action à privilégier. Le cas de Scaleway permet donc de s’extraire d’une vision homogénéisante visant à considérer l’ensemble des acteurs économiques du numérique défendant la souveraineté numérique comme ayant tous les mêmes perspectives pour ce qui est du choix des leviers à adopter. La problématique présentée ici peut se résumer ainsi : doit on, ou non, accepter de poursuivre le dialogue avec les acteurs hégémoniques et « incontournables » que sont les GAFAM et les BATX, que nous dénonçons par ailleurs régulièrement ?

Au-delà des divergences sur ce sujet précis, il se pourrait que des explications davantage focalisées sur des problématiques d’ordre organisationnel, plus discrètes car situées en internes et donc peu publicisées, soient pertinentes. Le fait que l’association européenne Gaia-X ait également plusieurs ramifications au niveau national en Europe, nommées « hub » (voir ici pour la France), qui en fait donc une organisation incarnée à plusieurs niveaux, pourrait également expliquer les difficultés mises en avant par Yann Lechelle et d’autres. Le manque de moyens, humains comme financiers, est également souvent désigné comme l’une des causes majeures expliquant certaines difficultés à avancer. Les membres de Gaia-X restent toutefois actifs, soulignant dans ses vœux pour la nouvelle année l’ambition de passer « d’un think tank à un do tank ». Affaire à suivre, donc.

Un collectif d’entreprises européennes porte plainte contre Microsoft pour abus de position dominante

Le 26 novembre 2021, un collectif composé d’entreprises spécialisées dans le logiciel et le cloud computing et de plusieurs organisations à but non-lucratif prônant l’essor du logiciel libre, ont déposé une plainte à l’encontre de Microsoft auprès de la Commission Européenne pour comportement anti-compétitif. Plus précisément, c’est le service de stockage du géant américain nommé Onedrive qui a été la cible de la plainte. En effet, Microsoft créerait selon les intéressés des « barrières » afin de décourager tout changement de fournisseur d’espace de stockage, favorisant de ainsi leur propre solution au détriment des autres sur le marché.

Dans le communiqué de presse publié à pour l’occasion, le collectif a souligné que « ce type de comportement est mauvais pour le consommateur, pour le marché, et bien sur, pour l’économie locale européenne ». La liste des entreprises et organisations participantes mentionne plusieurs entreprises françaises dont les dirigeants sont activement mobilisés pour la défense de la souveraineté numérique (entre autres, Euclidia, Whaller, Jamespot, Nexidi).

En plus de Microsoft, ce sont trois des GAFAM qui sont spécifiquement visés. Comme le précise la présentation de Nextcloud, entreprise de solution cloud libre et initiatrice de cette action en justice, de ce type de pratique considérée comme anti-concurrentielle : « Ce n’est pas un accident. D’autres « big tech » tels Google et Amazon font la même chose et l’Union Européenne devrait prendre position ». La dénonciation tend donc à mettre en exergue la systématisation de cette pratique « déloyale » favorisant une certaine « captivité » des utilisateurs. Ce cas montre qu’en plus des prises de positions médiatiques et du travail de fédération que certains collectifs entreprennent, à l’instar de Gaia-X ou d’Euclidia, le droit, et en l’occurrence le droit européen, peut être mobilisé pour faire entendre ses contestations et ses arguments. Ce qui soulève notre intérêt ici est l’échelon choisi pour porter la dénonciation, c’est à dire au niveau d’une institution européenne clé qu’est la Commission européenne, particulièrement.

Ce type de mobilisation n’est pas nouveau en soi, certains mouvements sociaux et collectifs se sont en effet spécialisés dans l’usage du droit pour défendre leurs intérêts et porter la voix dans des instances juridiques, que ce soit au niveau national ou international. L’analyse du processus de construction des problèmes publics, par ailleurs richement étudiée dans nombre de travaux en sociologie, a ainsi mit en avant la mobilisation du droit comme faisant partie du répertoire d’action privilégié dans certains cas, parfois combiné à d’autres pratiques (manifestations, participations médiatiques, etc).

Bientôt un cyberscore sur l’hébergement des données en France ?

Le député Philippe Latombe (MoDem), pour qui la souveraineté numérique est une problématique majeure et qui a été le rapporteur de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le sujet, a proposé de constituer un cyberscore visant à « éduquer les consommateurs », à rendre plus facile l’information relative à la localisation des données stockées chez un opérateur et à défendre une « souveraineté » numérique.

On retrouve là une proposition visant à construire, comme ce fut le cas dans bien d’autres secteurs économiques (avec, par exemple,la mise en place de l’indice de réparabilité de plusieurs équipements éléctroniques), ce que Sophie Dubuisson-Quellier nomme « la souveraineté du choix individuel » du consommateur. Autrement dit, il s’agit d’outiller les consommateurs par le biais de « dispositifs de la médiation marchande » afin que ce ce dernier puisse au mieux sélectionner certains produits ou services. La « capacité à choisir, acheter et consommer » en serait ainsi renforcée pour le consommateur. Ces dispositifs, autour desquels il est important de mener un travail d’analyse en ce qui concerne leurs genèses et les différentes parties prenantes qui ont pris part dans leur élaboration, ont pour particularité d’être des supports importants dans les choix de consommateurs.

Ainsi, la création d’un cyberscore visant, entre autres, à objectiver et à rendre mesurable la « souveraineté numérique » d’un service numérique pourrait avoir des effets intéressants sur les pratiques de consommation, des entreprises comme des particuliers. Le « Made in France » numérique est déjà mit en avant par nombre d’acteurs du centre de données, le cyberscore, s’il voit le jour, pourrait devenir un nouveau « label » supplémentaire pour asseoir un discours commercial axé sur la souveraineté numérique.

Coup d’arrêt pour la plateforme des données de santé (Health Data Hub)

Cette plateforme, particulièrement controversée depuis son lancement et ayant pour objectif d’agréger des données de santé (anonymisées) afin d’en faciliter l’utilisation dans le cadre de recherches scientifiques, a été “mise en pause” le 10 janvier dernier par le retrait d’une demande d’autorisation auprès de la CNIL. Pour rappel, le choix initial qui avait été fait de sélectionner Microsoft pour héberger les données avait vivement fait réagir, à la fois les défenseurs « habituels » d’une souveraineté numérique mais aussi l’association Interhop. Se sont ensuivi plusieurs péripéties, étalées sur deux années, durant lesquelles la CNIL et le Conseil d’État ont été particulièrement mobilisés. Si le projet était certes sujet à débats et controverses, il n’était vraisemblablement pas question jusqu’à il y a peu de le mettre en retrait (temporaire). Le contexte des élections présidentielles n’y est pas pour rien, et Cédric O, le secrétaire d’État au numérique a fait savoir qu’il faudrait un contexte politique vraisemblablement plus serein et moins agité pour relancer le projet sur de nouvelles bases.

En suspens, mais non pas éteint, l’annonce de ce report quant à la vie du Health Data Hub a ainsi fait réagir Philipe Latombe (Assemblée Nationale) et Catherine Morin-Desailly (Sénat), pour qui l’annonce d’un rebattement des cartes autour de ce projet est une bonne chose. D’autres, plus critiques à l’égard de ce pas de retrait, ont fait savoir leur « déception et amertume », tel Martin Blachier, médecin particulièrement médiatisé.

Il sera intéressant de voir la tournure que prendra ce projet sensible après les élections présidentielles. Est-ce que le changement, possible, au niveau de la couleur politique du Parlement et du gouvernement apportera des modifications substantielles quant aux choix techniques pour cette base de données, et en l’occurrence la sélection de l’hébergeur ? Ou bien ce projet, pourtant éminemment politique et politisé, verra t-il sa trajectoire relativement inchangée quand bien même de nouveaux acteurs politiques prendrait la tête du pays ? La question reste ouverte.

Le cockpit du futur au Forum Innovation Défense – Novembre 2021

Du 25 au 27 novembre 2021 a eu lieu à Paris, sous l’égide de l’Agence de l’innovation de défense, un des événements majeurs du Ministère des Armées : le Forum Innovation Défense (FID). Parmi les différents projets soutenus par les organisateurs, Le « cockpit du futur » occupe une place particulière et semble avoir attiré beaucoup de visiteurs, notamment grâce à la mise en place d’un dispositif de réalité virtuelle. Pour rendre compte du travail réalisé dans le cadre de ce projet structurant pour le combat collaboratif du futur, deux projets particuliers étaient également présentés : le projet MonIA et le projet Nermind.

Une photo de la présentation du « cockpit du futur » à la presse.

Le projet MonIA (développé par l’entreprise NaoX) vise à miniaturiser un électroencéphalogramme permettant de capter l’activité cérébrale dans des écouteurs intra-auriculaires, de sorte à pouvoir les inclure dans l’équipement du pilote de chasse sans le gêner. Le casque lourd du pilote ne permet effectivement pas de mettre en place des capteurs électroencéphalogrammes classiques. De plus, le pilote utilise déjà des écouteurs antibruit et une oreillette pour communiquer. Le projet vient donc implémenter une nouvelle technologie dans un équipement existant, permettant une nouvelle fonction, mais sans encombrement supplémentaire du pilote.

Quant au projet Nermind (développé par l’entreprise Delfox) il permet la mise en place d’une IA  capable d’analyser des trajectoires et des comportements d’objets volants (drones ou avions), de sorte à en soustraire des récurrences, des réponses optimales, etc. Ce projet devrait permettre d’aider la décision des pilotes dans une situation de combat, en diminuant leur charge cognitive liée à l’analyse d’une situation.

Le « cockpit du futur »  a également fait l’objet d’une discussion lors d’une table-ronde qui a eu beaucoup de succès au FID2021. Les intervenants de cette table-ronde ont été le Général de brigade aérienne Vincent Chusseau, co-chargé du programme SCAF, le Colonel Patrick Bouhet de l’état-major de l’Armée de l’air et de l’espace, ainsi que l’Ingénieur en chef de l’armement en charge du bureau aéronautique Vincent Sol. Les discussions ont porté sur l’anticipation et la gestion des menaces du futur telles que les conflits symétriques, la guerre cyber électronique, etc.

Lors de cette table-ronde, le programme SCAF est identifié par Vincent Sol comme un « programme structurant pour les innovations », dans lequel on peut « partir d’une page blanche et avoir un cockpit du futur tout neuf ». Vincent Chusseau précisait quant à lui qu’avec les questions de l’intelligence artificielle, il faut « prendre chaque fonction et définir la juste place de l’homme, notamment face à la question de l’éthique ».  Le développement du « cockpit du futur » reste donc une affaire à suivre.

Revue de presse souveraineté numérique – Octobre et Novembre 2021

Le “troisième pilier” de la stratégie cloud annon par le gouvernement, “la bataille du Cloud n’est pas perdue”

Le “troisième pilier” de la Stratégie nationale pour le cloud a été annoncé par Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications, le 2 novembre dernier. Ce discours fait suite à une précédente annonce ayant été faite le 17 mai 2021, durant laquelle ont été présentées les modalités de la  “Doctrine cloud au centre” ainsi que le label “Cloud de confiance”, les deux autres “piliers” de la stratégie cloud de l’État. L’annonce de ce mois-ci s’est déroulée dans les locaux d’OVHcloud, une action symbolique du fait que cette entreprise est considérée par plusieurs acteurs gouvernementaux comme une place forte de la souveraineté numérique française pouvant produire de potentielles alternatives dans le secteur du cloud face aux opérateurs “hégémoniques” que sont les GAFAM. Ce sont donc 1,8 milliards d’euros (issus de plusieurs sources de financements, respectivement : 667 millions d’euros de fonds publics, 680 millions de financements privés, 444 millions de financements européens), échelonnés sur une durée de quatre ans, qui devraient permettre de recouvrer une souveraineté numérique qui fut pendant plusieurs années (et est encore, selon certains acteurs) menacée. L’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) ainsi que le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), deux grands centres de recherche nationaux, sont inclus dans ce programme, avec pour objectif de créer “un pont entre les besoins en infrastructure du monde de la recherche et de l’industrie.”

Source : LinkedIn

L’heure ne serait donc plus propice à la “naïveté”, pour reprendre un terme employé dans le dossier de presse publié conjointement à l’événement. L’objectif est dès lors de “faire émerger une alternative technologique française et européenne, qui fasse de la France une puissance économique et souveraine du cloud” souligne Cédric O. Outre le Secrétaire en charge de la Transition numérique, Bruno Le Maire, ministre de l’économie, et Frédérique Vidal, ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur, prennent eux aussi tous deux la parole pour annoncer certaines des mesures.

Le document mentionne le rôle important que joue l’initiative européenne GAIA-X dans cette stratégie. Ce projet, à la base franco-allemand, a par ailleurs été récemment mis en avant  par trois organisations patronales européennes (MEDEF, BDI et Confindustria) dans une déclaration commune ayant pour sujet la transformation industrielle de l’Europe. La souveraineté numérique est ici mobilisée comme pouvant être un vecteur visant à  “renforcer la compétitivité numérique de l’UE“. Toutefois, loin de faire l’unanimité, cette association est la cible récurrente, et ce depuis le début de son existence en juin de l’année dernière, de vives critiques à son encontre. Ces dernières portent notamment sur le choix d’avoir accepté en son sein des acteurs étasuniens et chinois, considérés par certains acteurs comme n’ayant pas leur mot à dire, ou bien, plus récemment, sur les retards accumulés suite à plusieurs désaccords internes.

OVHcloud entre en bourse

Malgré plusieurs faits divers négatifs en lien avec OVHcloud (incendie du 9 et 10 mars 2021 , pannes), l’entreprise a fait son introduction en bourse au sein d’Euronext Paris le 15 octobre dernier. Le choix d’entrer sur le marché financier en France et plus largement au sein de l’UE a été  salué comme un acte important démontrant la possibilité d’évoluer sur le sol européen au détriment d’autres places financières, en l’occurrence étasuniennes. Le directeur-général, Michel Paulin, peu avant l’introduction, a exprimé lors de différentes interventions sa définition de la souveraineté numérique, ou plutôt de ce que n’est pas cette souveraineté :

La souveraineté ce n’est pas le nationalisme, ce n’est pas le protectionnisme, c’est la liberté de choix” tout en précisant que “les acteurs américains et chinois bénéficient de régulations locales qui les favorisent (…) Ce qu’on demande, c’est au moins un rééquilibrage“.

La régulation par l’État français du cloud dans un sens large, est un enjeu qui est au cœur des débats et des prises de position de plusieurs acteurs de l’industrie numérique depuis deux ans, reste toujours prégnant dans les discours et les propositions qui sont énoncées encore aujourd’hui.

Cédric O, présent lors de l’événement, a, dans une brève intervention, inscrit cet événement dans une “histoire d’immigration” et un parcours symbolisant la méritocratie française, qui fut certes parsemée “de risques et de résiliences”. Ici, c’est la famille Klaba qui est mise à l’honneur, dont Octave Klaba en est le représentant le plus connu en tant que fondateur de l’entreprise, qui est au centre de ce discours élogieux. OVHcloud, considéré comme l’un des champions de l’industrie numérique française, poursuit donc son évolution en mobilisant la souveraineté numérique comme un enjeu structurant de sa progression économique.

Michel Paulin, directeur général de OVHcloud lors d’une conférence du Web Summit 2021 (Lisbonne, 4 novembre 2021)

Une fronde anti-Google à l’Université

La souveraineté numérique est une thématique que l’on peut également retrouver au sein du monde universitaires. Les GAFAM, qui ont eu jusqu’à présent une place prépondérante dans le choix des logiciels des établissements d’enseignement supérieur, sont de plus en plus remis en cause. Le cas de l‘Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3 en est un exemple récent. Plus précisément, c’est Google (Alphabet Inc.) qui est ici visé. C’est suite à l’action de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), qui elle-même a engagé une action de mise en garde aux établissements universitaires en réponse à l’invalidation du Privacy Shield , que les contestations – qui ne sont pas nouvelles en soi -ont réémergé.

Des câbles sous-marins de moins en moins “invisibles”

Le constat d’une relative invisibilisation des câbles au regard des débats autour de la souveraineté numérique tend à ne plus être juste. Dans un récent article publié dans The Conversation, Anne Blandin-Obernesser, professeure de droit à l’IMT Atlantique, est explicite à l’égard de l’enjeu que poseraient les câbles sous-marins :

“La question des câbles sous-marins (98 % des données numériques mondiales y circulent) est révélatrice de la nécessité de promouvoir notre industrie câblière face à l’hégémonie d’entreprises étrangères et l’arrivée de géants tels que Google ou Facebook dans le secteur.”

Ainsi, les câbles pourraient devenir des infrastructures clés dans les débats sur la souveraineté numérique. Reste à savoir quels acteurs prendront (ou non) en compte ces dispositifs dans leur argumentaire et comment la notion de “souveraineté numérique” sera appliquée, par exemple, sur le fonctionnement de cette industrie de niche. La France a en effet sur son territoire l’une des rares entreprises dans le monde capable de concevoir et produire des câbles sous-marins, Alcatel Submarine Networks, filiale d’Alcatel (qui appartient depuis 2015 au groupe finlandais Nokia). Affaire à suivre donc.

Revue de presse Combat collaboratif – Octobre 2021

SYRACUSE IV au coeur des télécommunications

Le 24 octobre 2021, le satellite français Syracuse 4A, partie du programme SYRACUSE IV, a été lancé depuis le Centre spatial guyanais. Ce programme est coordonné par la Direction générale de l’armement, prenant en compte les besoins opérationnels de l’État-major des armées. Plusieurs entreprises sont associées à cette démarche : Arianespace, Thales Alenia Space, Thales SIX et Airbus Defence and Space. 

SYRACUSE IV répond à des enjeux de souveraineté, d’autonomie et de télécommunication. En effet, les liaisons satellitaires permettent de s’affranchir des contraintes terrestres de liaisons de données. De plus, face à une interconnexion croissante des équipements militaires et une numérisation massive des données, rénover le système satellitaire avait été identifié comme un élément indispensable par les Armées en 2015. Le programme SYRACUSE IV a par conséquent été prévu dans la loi de programmation militaire 2019-2025, dans laquelle 3,6 milliards d’euros sont consacrés au renouvellement des capacités spatiales militaires.

Ce nouveau satellite jouerait un rôle essentiel dans le combat collaboratif car il permet à la Marine et à l’Armée de Terre de communiquer ainsi que d’échanger des données par satellite (que ce soit dans les véhicules du programme SCORPION, des frégates ou des sous-marins Barracuda). 

À la fois enjeu de souveraineté et de supériorité opérationnelle, le lancement de ce satellite illustre une vision stratégique dans laquelle les données jouent un rôle essentiel dans le combat collaboratif.

La « communauté d’intelligence artificielle » du ministère des Armées

Le 27 et le 28 septembre 2021, 171 personnes se sont réunies autour de la thématique de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé et dans les systèmes du futur, formant ce que le ministère des Armées nomme la « Communauté d’intelligence artificielle ».

Coordonné par une cellule de l’Agence de l’innovation de défense et la direction technique de la Direction Générale de l’Armement, cet évènement a ainsi réuni de nombreux  acteurs industriels (CEA) et institutionnels (CNRS, INRIA, ONERA, etc.). Deux points ont été centraux durant ces deux journées. D’une part, sensibiliser les acteurs présents à l’enjeu du contrôle des données et de l’intelligence artificielle. D’autre part, la formation de groupes de réflexion permettant au ministère des Armées d’alimenter ses feuilles de route en matière d’IA.

Lors de cet événement, plusieurs projets ont été présentés, parmi lesquels ValoRENS, un projet d’intelligence artificielle visant à estimer les positions ennemies sur un théâtre d’opération au sein du système d’armes SCORPION. Pour cela, ce projet utilise des données de différents niveaux (doctrines, images, capteurs, etc.), qui sont composées grâce à une méthode de théorie des jeux et de clustering, faute d’accessibilité à une base de données permettant de mettre en place du machine learning.

Le combat collaboratif en action (simulation Volfa)

Du 27 septembre au 15 octobre 2021 s’est déroulée une simulation d’un combat de  « haute intensité » à laquelle des centaines de pilotes de sept pays différents (dont la France) ont participé. À cette occasion, les militaires  se sont entraînés à faire face à une menace fictive particulière : une de nos régions (l’Auvergne) était envahie par un ennemi disposant d’une puissance symétrique.  Outre la réussite de la mission, les militaires ne devaient subir aucune perte durant l’exercice.

Pour traiter efficacement les différentes sources d’information, les militaires ont piloté Jeannette, un outil de soutien connecté aux radars et aux radios des avions sur terre, dans la salle du Centre expert de combat collaboratif. Cet outil permet aux forces de se coordonner avec les F-18 suisses et les Typhoon allemands, mais également de remplacer les drones de reconnaissance détruits par des Mirage 2000D par exemple. En outre, grâce à Jeannette, le commandant au sol peut ajuster la difficulté de la mission en ajoutant des aéronefs simulés (pilotés par une intelligence artificielle). 

Revue de presse souveraineté numérique – Septembre 2021

Une labellisation de la souveraineté numérique en cours ?

Les récents débats sur la souveraineté numérique, apparus l’année dernière, ont eu pour effet de favoriser l’émergence de certifications visant à conserver ou bien reconquérir cette souveraineté qui serait mise à mal par les “Big Tech” (Google, Amazon, Facebook, Apple) . La certification nommée “SecNumCloud” délivrée par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) en est un exemple récent. Plusieurs opérateurs de centres de données, s’étant à plusieurs reprises positionnés en faveur d’un renforcement de la souveraineté numérique des données en France, ont récemment obtenus cette certification. OVHcloud est la dernière entreprise en date à avoir reçue cette certification (à la suite de Outscale, filiale de Dassault Systèmes et Oodrive), ce qui a pour effet de permettre à cette dernière de proposer à des clients (publics comme privés) une offre la plus sécurisée possible au regard de la souveraineté des données. Cette certification dont “le niveau de sécurité imposé par SecNumCloud est bien supérieur en exigeant des mesures fortes et concrètes à mettre en œuvre” est donc constitutive de la stratégie de l’État en matière de souveraineté. Cette certification semble venir en complément d’un programme plus large sur le sujet de la souveraineté, nommée “Cloud de confiance” qui a été annoncé le 17 mai dernier par Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances.

Comme le soulignent, dans un article paru en 2014, H. Bergeron, P. Castel et S. Dubuisson-Quellier , les labels peuvent être compris comme des leviers de l’action publique ayant pour objectif de modifier le comportement d’organisations collectives, ici les entreprises, afin d’en faire des acteurs médiatisant l’action publique tout en leur accordant une distinction dans un espace concurrentiel. Reste à savoir si d’autres certifications seront développées en France ou bien à l’échelle Européenne, et le cas échant, si les acteurs de l’hébergement des données s’en empareront ou non.

En Chine, une souveraineté numérique coercitive en gestation ?

La municipalité de Tianjin en Chine (l’une des quatre municipalités du pays qui sont directement gouvernées par le pouvoir central) envisage d’interdire de contracter auprès d’acteurs privés pour l’hébergement des données et de rendre obligatoire l’utilisation d’un service cloud public opéré par le pouvoir public d’ici la fin de l’année 2022. Une décision qui fait écho à la politique de l’État chinois de réguler et contrôler de plus près ses géants numériques. Ce durcissement des règles en ce qui concerne l’hébergement des données qui passe par un interventionnisme de la part de l’État chinois montre en quoi les stratégies et les décisions sur le sujet de la souveraineté numérique peuvent être sensiblement différentes d’un pays à l’autre. Il reste à savoir si cette décision prise à l’échelle locale sera élargie à l’ensemble du territoire chinois et si d’autres pays s’inspireront ou bien s’opposeront lors de débats législatifs sur la question à ce modèle strict.

Un maillot qui “fait tâche” : quand la souveraineté numérique devient une affaire de t-shirt

Lors d’un match de football caritatif opposant la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) et l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) organisé par la CyberTaskForce (une “force de travail opérationnelle plaidant pour un rapprochement entre acteurs privés et acteurs publics sur le sujet de la transformation numérique) Cédric O, chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques a été pris en photo lors de cet événement. Au delà de la rencontre, c’est le flocage du maillot porté par le secrétaire qui a mis le feu aux poudre. Plusieurs publications, notamment sur LinkedIn et Tweeter, ont pointé du doigt le double jeu porté par Cédric O, les couleurs de Google sur le maillot attestant selon ces publications d’une mauvaise foi et d’un manque de cohérence criant. À la suite de ces émules, Cédric O a publié une photo dans laquelle, cette fois-ci, il porte un t-shirt aux couleurs de l’entreprise Whaller. Quelques jours plus tard, Cédric O recevra lors de sa visite dans les locaux d’OVHcloud un polo des mains de Michel Paulin, l’actuel PDG de l’entreprise.

Laure de la Raudière, présidente de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (ARCEP) et Cédric O, chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. 8 septembre 2021
Source : LinkedIn
Cédric O revêtu d’un t-shirt de la société Whaller, réseau social dont le fondateur et actuel dirigeant Thomas Fauré est un fervent défenseur de la souveraineté numérique. 10 septembre 2021
Source : Twitter
Cédric O aux cotés de Michel Paulin, actuel PDG d’OVHcloud. 10 septembre 2021
Source : LinkedIn

Revue de presse du mois de juillet 2021 – Actualité civile

French Tech Rise, une mise en lumière des StartUps régionales.

La FrenchTech est un label lancé en 2013 par Fleur Pellerin, alors ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Ce projet a pour but de réunir des entrepreneurs, des investisseurs, des décideurs ainsi que des community builders (créateurs de communauté) afin de promouvoir (notamment à l’étranger) le secteur du numérique français. Aujourd’hui, le label FrenchTech est constitué de treize « capitales » et cent-huit communautés réparties sur cent villes à travers le monde. Ces capitales sont éligibles à la suite du dépôt d’un dossier de candidature par les villes ou par des associations d’entrepreneurs locaux comme ce fût le cas à Toulouse en 2019 pour le renouvellement du label accordé pour une durée de 3 ans. Elles sont les villes détenant la plus grande concentration de StartUps et ont notamment pour fonction de compléter le réseau des communautés locales labellisées FrenchTech.

Le 8 juillet dernier, le secrétaire d’État chargé du numérique, Cédric O, rendait visite à la capitale FrenchTech « Brest + » (« + » en raison des partenariats établis dans d’autres villes de Bretagne telles que Quimper, Lannion et Morlaix) et annonçait la création d’un concours national en partenariat avec la Banque Publique d’Investissement (BPI) appelé French Tech Rise. Celui-ci a pour but de mettre en lien les StartUps du territoire français (en métropole et en Outre-mer) avec les grands investisseurs en capital-risque majoritairement situées, selon Cédric O, en Île de France. Pour ce faire, une sélection sera organisée sur l’ensemble du territoire et dont les capitales labélisées FrenchTech auront la charge de choisir leurs représentantes. En tout, quatre-vingt deux StartUps seront finalement sélectionnées selon plusieurs critères (siège social en France, ancienneté, projet de levée de fonds et d’investissement) et pourront participer à un évènement qui se déroulera à Paris en novembre 2021.

Quand les petites entreprises se « font manger » par les plus grandes.

Les grandes entreprises ont parfois pour ambition de développer une technologie particulière, alors même qu’elles ne disposent pas des moyens pour le faire. Dans cette situation, plusieurs choix sont possibles dont le rachat d’une jeune entreprise innovante. Cette stratégie est communément appelée une stratégie de « croissance externe », car elle se réalise par le rachat d’une entreprise plutôt que par le développement en interne.

Un exemple de cette stratégie est la récente acquisition d’Upstride par ContentSquare. Cette dernière avait atteint en 2020 le statut de licorne, une expression inventée en 2013 par Aileen Lee, spécialiste américaine du capital-risque, qui désigne les StartUps ayant atteint une valorisation de plus d’un milliard de dollars. Selon Europe1, la France en comptabiliserait dix-neuf en juillet 2021. Fondée à Paris en 2012, Contentsquare a bénéficié d’une cinquième levée de fond de cinq-cents mille dollars en mai dernier. Parmi les participants à cet investissement on retrouve notamment des investisseurs historiques comme la Banque Publique d’Investissement (BPI), mais aussi des investisseurs spécialisés comme la multinationale BlackRock. Cette levée de fond permet donc à Contentsquare l’acquisition d’une troisième entreprise : Upstride. Celle-ci développe depuis plusieurs années une technologie qui sert à améliorer les performances d’outils de machine learning (programmes algorithmiques). Dans le cas d’Upstride, l’intégration de l’entreprise chez Contentsquare comporte l’apport des quatorze ingénieurs de la société et sept docteurs en deep learning. A plus long terme, l’entreprise a pour ambition de recruter mille cinq-cents collaborateurs d’ici 2024 à travers leurs sept bureaux répartis dans le monde (Paris, New York, Tel Aviv, Londres, San-Francisco, Tokyo et Munich), selon une annonce publiée sur leur site officiel.

Confiance.ai : Une collaboration entre StartUps, instituts de recherche et grandes entreprises.

Le 1er juillet 2021 a été mis en place Confiance.ai, un programme initié en 2019 par le ministère de l’Économie et des finances avec 8 industriels français avec pour objectif de fédérer le milieu de la recherche et les grands industriels autour de la sécurisation et la fiabilisation des systèmes d’intelligence artificielle. L’organisation d’un tel collectif s’inscrit dans la continuité du plan #AIforHumanity ayant pour ambition de définir la stratégie nationale quant au développement des technologies d’intelligence artificielle.

Confiance.ai est un projet financé par l’État français à hauteur de trente millions d’euros (2021 – 2024), en plus de l’apport de quinze millions d’euros d’un collectif d’industriels. Ce collectif est composé par 9 entreprises françaises (Valéo, Naval Group, Thales, Renault, Safran, Airbus, Atos, AirLiquide, Sopra Steria), deux Instituts de Recherche Technologique (IRT) (SystemX et Saint Exupéry), ainsi que l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (INRIA) et le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA). En plus de ces acteurs, les StartUps et Petites et Moyennes Entreprises (PME) développant des produits liés à l’intelligence artificielle sont conviées à participer au programme par l’intermédiaire d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) ouvert jusqu’au 3 Septembre 2021. Ces entreprises pourront alors disposer de financements et auront l’occasion de développer leur technologie en partenariat avec les membres du programme.

Adrien Vuillaumier

Présentation – Revue de presse mensuelle sur la souveraineté numérique

Cet espace a pour vocation de réunir l’ensemble des revues de presse mensuelles ayant pour thématique centrale la “souveraineté numérique”.

Pour rappel, les discussions autour de cette notion polysémique ont (ré)émergé l’année dernière, plus précisément au sortir du premier confinement. S’inscrivant dans un débat plus large autour de la souveraineté économique du pays, la souveraineté numérique a fait l’objet ces derniers mois d’une multitude de prises de positions, qu’elles soient sous forme écrite ou non, d’abord dans la presse spécialisée puis dans des médias plus généralistes.

Ces revues de presse vous sont proposées par Victor Afonso Marques

Revue de presse du mois de juillet 2021

La souveraineté numérique à l’Assemblée Nationale

La mission parlementaire de l’Assemblée nationale sur la souveraineté numérique a publiée le 29 juin 2021 son compte rendu sur la thématique de la souveraineté numérique nationale et européenne . Ce rapport, à l’initiative du groupe Modem et porté par le député Philippe Latombe, s’appuie sur quatre-vingt trois auditions d’acteurs issus de plusieurs secteurs (public, privé, associatif et académique). Il s’agit du second rapport parlementaire, après celui du Sénat publié en octobre 2019, à avoir précisément abordé ce sujet. Dans les grandes lignes, les deux assemblées, soulignent l’importance de reconquérir une souveraineté numérique qui serait actuellement quasiment inexistante en France ou bien en voie de très forte dégradation depuis plusieurs années . La reconquête de la souveraineté aurait ainsi pour objectif d’accroître la protection des données numériques des citoyens et citoyennes français.e.s et européen.e.s, de favoriser la constitution d’une industrie du numérique souveraine et, in fine, de s’extirper d’une dépendance néfaste aux services des géants numériques étasuniens que sont les GAFAM (Google, Apple Facebook, Amazon, Microsoft). Le Gouvernement avait par ailleurs communiqué le 17 mai 2021 sa stratégie nationale pour le Cloud, une annonce qui a suscité quelques critiques. Ce compte rendu démontre une prise en considération croissante de ce sujet, en particulier par le pouvoir législatif, en même temps qu’il renseigne les différentes définitions proposées par une constellation d’acteurs aux intérêts divers et parfois opposés. De ce fait, le consensus semble encore assez lointain concernant les modes d’actions à adopter pour regagner cette souveraineté. La Commission Européenne est elle aussi à la manœuvre sur cet enjeu. En effet, Thierry Breton, l’actuel commissaire au Marché intérieur et ancien PDG d’Atos, est monté à plusieurs reprises au créneau pour exiger la régulation des activités des GAFAM. Il est donc intéressant de continuer de suivre de près, à l’échelle nationale comme européenne, les débats autour de cette thématique, qui ont déjà eu, et pourront encore avoir à l’avenir, des effets concrets sur les différents marchés de services numériques.

Euclide contre Gaïa : l’affrontement pour la souveraineté numérique

Euclidia est un collectif qui a été créé à la mi-juillet et qui rassemble à ce jour 23 entreprises européennes. Cette nouvelle alliance a pour but d’être une alternative radicale à l’association Gaia-X. Cette dernière est le fruit d’un projet européen et s’est concrétisée en juin 2020. Elle réunit plusieurs entreprises provenant de plusieurs secteurs industriels (énergie, aéronautique, assurance et finance, etc.) qui ont toutes pour point commun d’être productrices ou utilisatrices de données numériques massives (big data). Gaia-X a pour vocation première de proposer un espace de réflexion afin de faciliter la création de normes et de standards communs jugés plus souverains. L’objectif, à terme, sera de proposer un annuaire des entreprises respectant un cahier des charges précis, estampillé “Gaia-X”. Toutefois, l’adhésion, limitée à la seule qualité de membres pour lesquels l’accès aux organes de gouvernance est impossible, de plusieurs acteurs du numérique américains et chinois tels que Palantir, Intel, Amazon, Huawei ou encore Alibaba cloud, a fortement déplu à plusieurs acteurs-observateurs. Euclida, qui n’a pour l’heure pas encore d’existence juridique, a tout récemment fait savoir que ses membres défendront une autre vision, plus radicale et assumée, de ce que devrait être la souveraineté numérique européenne. La formation de cette association démontre que, loin de partager une vision commune, les acteurs économiques actifs dans le numérique défendent des visions divergentes et parfois opposées sur un enjeu susceptible de reconfigurer les arrangements marchands actuellement en vigueur.

Quand les relations internationales s’inscrivent dans les fibres optiques sous-marines

Le numéro de juillet du Monde Diplomatique dédie une double page sur la géopolitique des câbles sous-marins de télécommunication. Si la pose, le maintien et l’exploitation de ces infrastructures éminemment stratégiques sont des activités du ressort du secteur privé, les États s’affrontent néanmoins plus ou moins en sous-marin, notamment autour de la localisation de nouveaux câbles. Ce constat n’est pas nouveau en soi, dès le XIXe siècles les câbles télégraphiques seront en effet sujets à d’âpres frictions entre grandes puissances occidentales. Des chercheur.e.s tels que Camille Morel, docteure en droit public ayant consacrée sa thèse sur l’État français et son rapport aux câbles, ou encore Dominique Boullier, professeur à SciencesPo Paris spécialiste des sujets numériques, brossent, à partir de leur discipline respective, un tableau général du monde des câbles. Outre la place de l’Afrique, considérée comme une terre encore vierge mais néanmoins attractive en ce qui concerne la connexion fibre, il est souligné la montée en puissance des GAFAM dans la constitution de câbles exclusivement conçus pour leurs propres besoins . En effet, ces derniers ont massivement investis depuis quelques années dans ces infrastructures, du fait d’un usage toujours croissant de leurs services, qui a par ailleurs été amplifié par la pandémie mondiale que nous connaissons. Gagner en autonomie et accroître le contrôle sur les flux de données de point à point (ici, de centres de données à centres de données) est devenu un enjeu majeur pour les Big tech. L’enjeu de la souveraineté y est également abordé à l’aune du cas des câbles, ces derniers étant régulièrement cités dans le cas d’espionnage par des services de renseignements américains.

 

Victor Afonso Marques

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search