Revue de presse souveraineté numérique – Octobre et Novembre 2021

Le “troisième pilier” de la stratégie cloud annon par le gouvernement, “la bataille du Cloud n’est pas perdue”

Le “troisième pilier” de la Stratégie nationale pour le cloud a été annoncé par Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications, le 2 novembre dernier. Ce discours fait suite à une précédente annonce ayant été faite le 17 mai 2021, durant laquelle ont été présentées les modalités de la  “Doctrine cloud au centre” ainsi que le label “Cloud de confiance”, les deux autres “piliers” de la stratégie cloud de l’État. L’annonce de ce mois-ci s’est déroulée dans les locaux d’OVHcloud, une action symbolique du fait que cette entreprise est considérée par plusieurs acteurs gouvernementaux comme une place forte de la souveraineté numérique française pouvant produire de potentielles alternatives dans le secteur du cloud face aux opérateurs “hégémoniques” que sont les GAFAM. Ce sont donc 1,8 milliards d’euros (issus de plusieurs sources de financements, respectivement : 667 millions d’euros de fonds publics, 680 millions de financements privés, 444 millions de financements européens), échelonnés sur une durée de quatre ans, qui devraient permettre de recouvrer une souveraineté numérique qui fut pendant plusieurs années (et est encore, selon certains acteurs) menacée. L’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) ainsi que le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), deux grands centres de recherche nationaux, sont inclus dans ce programme, avec pour objectif de créer “un pont entre les besoins en infrastructure du monde de la recherche et de l’industrie.”

Source : LinkedIn

L’heure ne serait donc plus propice à la “naïveté”, pour reprendre un terme employé dans le dossier de presse publié conjointement à l’événement. L’objectif est dès lors de “faire émerger une alternative technologique française et européenne, qui fasse de la France une puissance économique et souveraine du cloud” souligne Cédric O. Outre le Secrétaire en charge de la Transition numérique, Bruno Le Maire, ministre de l’économie, et Frédérique Vidal, ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur, prennent eux aussi tous deux la parole pour annoncer certaines des mesures.

Le document mentionne le rôle important que joue l’initiative européenne GAIA-X dans cette stratégie. Ce projet, à la base franco-allemand, a par ailleurs été récemment mis en avant  par trois organisations patronales européennes (MEDEF, BDI et Confindustria) dans une déclaration commune ayant pour sujet la transformation industrielle de l’Europe. La souveraineté numérique est ici mobilisée comme pouvant être un vecteur visant à  “renforcer la compétitivité numérique de l’UE“. Toutefois, loin de faire l’unanimité, cette association est la cible récurrente, et ce depuis le début de son existence en juin de l’année dernière, de vives critiques à son encontre. Ces dernières portent notamment sur le choix d’avoir accepté en son sein des acteurs étasuniens et chinois, considérés par certains acteurs comme n’ayant pas leur mot à dire, ou bien, plus récemment, sur les retards accumulés suite à plusieurs désaccords internes.

OVHcloud entre en bourse

Malgré plusieurs faits divers négatifs en lien avec OVHcloud (incendie du 9 et 10 mars 2021 , pannes), l’entreprise a fait son introduction en bourse au sein d’Euronext Paris le 15 octobre dernier. Le choix d’entrer sur le marché financier en France et plus largement au sein de l’UE a été  salué comme un acte important démontrant la possibilité d’évoluer sur le sol européen au détriment d’autres places financières, en l’occurrence étasuniennes. Le directeur-général, Michel Paulin, peu avant l’introduction, a exprimé lors de différentes interventions sa définition de la souveraineté numérique, ou plutôt de ce que n’est pas cette souveraineté :

La souveraineté ce n’est pas le nationalisme, ce n’est pas le protectionnisme, c’est la liberté de choix” tout en précisant que “les acteurs américains et chinois bénéficient de régulations locales qui les favorisent (…) Ce qu’on demande, c’est au moins un rééquilibrage“.

La régulation par l’État français du cloud dans un sens large, est un enjeu qui est au cœur des débats et des prises de position de plusieurs acteurs de l’industrie numérique depuis deux ans, reste toujours prégnant dans les discours et les propositions qui sont énoncées encore aujourd’hui.

Cédric O, présent lors de l’événement, a, dans une brève intervention, inscrit cet événement dans une “histoire d’immigration” et un parcours symbolisant la méritocratie française, qui fut certes parsemée “de risques et de résiliences”. Ici, c’est la famille Klaba qui est mise à l’honneur, dont Octave Klaba en est le représentant le plus connu en tant que fondateur de l’entreprise, qui est au centre de ce discours élogieux. OVHcloud, considéré comme l’un des champions de l’industrie numérique française, poursuit donc son évolution en mobilisant la souveraineté numérique comme un enjeu structurant de sa progression économique.

Michel Paulin, directeur général de OVHcloud lors d’une conférence du Web Summit 2021 (Lisbonne, 4 novembre 2021)

Une fronde anti-Google à l’Université

La souveraineté numérique est une thématique que l’on peut également retrouver au sein du monde universitaires. Les GAFAM, qui ont eu jusqu’à présent une place prépondérante dans le choix des logiciels des établissements d’enseignement supérieur, sont de plus en plus remis en cause. Le cas de l‘Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3 en est un exemple récent. Plus précisément, c’est Google (Alphabet Inc.) qui est ici visé. C’est suite à l’action de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), qui elle-même a engagé une action de mise en garde aux établissements universitaires en réponse à l’invalidation du Privacy Shield , que les contestations – qui ne sont pas nouvelles en soi -ont réémergé.

Des câbles sous-marins de moins en moins “invisibles”

Le constat d’une relative invisibilisation des câbles au regard des débats autour de la souveraineté numérique tend à ne plus être juste. Dans un récent article publié dans The Conversation, Anne Blandin-Obernesser, professeure de droit à l’IMT Atlantique, est explicite à l’égard de l’enjeu que poseraient les câbles sous-marins :

“La question des câbles sous-marins (98 % des données numériques mondiales y circulent) est révélatrice de la nécessité de promouvoir notre industrie câblière face à l’hégémonie d’entreprises étrangères et l’arrivée de géants tels que Google ou Facebook dans le secteur.”

Ainsi, les câbles pourraient devenir des infrastructures clés dans les débats sur la souveraineté numérique. Reste à savoir quels acteurs prendront (ou non) en compte ces dispositifs dans leur argumentaire et comment la notion de “souveraineté numérique” sera appliquée, par exemple, sur le fonctionnement de cette industrie de niche. La France a en effet sur son territoire l’une des rares entreprises dans le monde capable de concevoir et produire des câbles sous-marins, Alcatel Submarine Networks, filiale d’Alcatel (qui appartient depuis 2015 au groupe finlandais Nokia). Affaire à suivre donc.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search