Revue de presse souveraineté numérique – Septembre 2021

Une labellisation de la souveraineté numérique en cours ?

Les récents débats sur la souveraineté numérique, apparus l’année dernière, ont eu pour effet de favoriser l’émergence de certifications visant à conserver ou bien reconquérir cette souveraineté qui serait mise à mal par les “Big Tech” (Google, Amazon, Facebook, Apple) . La certification nommée “SecNumCloud” délivrée par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) en est un exemple récent. Plusieurs opérateurs de centres de données, s’étant à plusieurs reprises positionnés en faveur d’un renforcement de la souveraineté numérique des données en France, ont récemment obtenus cette certification. OVHcloud est la dernière entreprise en date à avoir reçue cette certification (à la suite de Outscale, filiale de Dassault Systèmes et Oodrive), ce qui a pour effet de permettre à cette dernière de proposer à des clients (publics comme privés) une offre la plus sécurisée possible au regard de la souveraineté des données. Cette certification dont “le niveau de sécurité imposé par SecNumCloud est bien supérieur en exigeant des mesures fortes et concrètes à mettre en œuvre” est donc constitutive de la stratégie de l’État en matière de souveraineté. Cette certification semble venir en complément d’un programme plus large sur le sujet de la souveraineté, nommée “Cloud de confiance” qui a été annoncé le 17 mai dernier par Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances.

Comme le soulignent, dans un article paru en 2014, H. Bergeron, P. Castel et S. Dubuisson-Quellier , les labels peuvent être compris comme des leviers de l’action publique ayant pour objectif de modifier le comportement d’organisations collectives, ici les entreprises, afin d’en faire des acteurs médiatisant l’action publique tout en leur accordant une distinction dans un espace concurrentiel. Reste à savoir si d’autres certifications seront développées en France ou bien à l’échelle Européenne, et le cas échant, si les acteurs de l’hébergement des données s’en empareront ou non.

En Chine, une souveraineté numérique coercitive en gestation ?

La municipalité de Tianjin en Chine (l’une des quatre municipalités du pays qui sont directement gouvernées par le pouvoir central) envisage d’interdire de contracter auprès d’acteurs privés pour l’hébergement des données et de rendre obligatoire l’utilisation d’un service cloud public opéré par le pouvoir public d’ici la fin de l’année 2022. Une décision qui fait écho à la politique de l’État chinois de réguler et contrôler de plus près ses géants numériques. Ce durcissement des règles en ce qui concerne l’hébergement des données qui passe par un interventionnisme de la part de l’État chinois montre en quoi les stratégies et les décisions sur le sujet de la souveraineté numérique peuvent être sensiblement différentes d’un pays à l’autre. Il reste à savoir si cette décision prise à l’échelle locale sera élargie à l’ensemble du territoire chinois et si d’autres pays s’inspireront ou bien s’opposeront lors de débats législatifs sur la question à ce modèle strict.

Un maillot qui “fait tâche” : quand la souveraineté numérique devient une affaire de t-shirt

Lors d’un match de football caritatif opposant la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) et l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) organisé par la CyberTaskForce (une “force de travail opérationnelle plaidant pour un rapprochement entre acteurs privés et acteurs publics sur le sujet de la transformation numérique) Cédric O, chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques a été pris en photo lors de cet événement. Au delà de la rencontre, c’est le flocage du maillot porté par le secrétaire qui a mis le feu aux poudre. Plusieurs publications, notamment sur LinkedIn et Tweeter, ont pointé du doigt le double jeu porté par Cédric O, les couleurs de Google sur le maillot attestant selon ces publications d’une mauvaise foi et d’un manque de cohérence criant. À la suite de ces émules, Cédric O a publié une photo dans laquelle, cette fois-ci, il porte un t-shirt aux couleurs de l’entreprise Whaller. Quelques jours plus tard, Cédric O recevra lors de sa visite dans les locaux d’OVHcloud un polo des mains de Michel Paulin, l’actuel PDG de l’entreprise.

Laure de la Raudière, présidente de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (ARCEP) et Cédric O, chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. 8 septembre 2021
Source : LinkedIn
Cédric O revêtu d’un t-shirt de la société Whaller, réseau social dont le fondateur et actuel dirigeant Thomas Fauré est un fervent défenseur de la souveraineté numérique. 10 septembre 2021
Source : Twitter
Cédric O aux cotés de Michel Paulin, actuel PDG d’OVHcloud. 10 septembre 2021
Source : LinkedIn


Une réponse sur “Revue de presse souveraineté numérique – Septembre 2021”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.